Notre philosophie

La philosophie de la Source du Val d'Aisne

“La clé du succès est d’ajouter du peps à vos papilles.”

Dans aucune autre période peut-être, les sciences, n’ont subi autant de changements que depuis le dernier siècle. Des moyens d’analyse plus puissants et plus précis ont fait connaître la composition jusqu’alors ignorée d’un grand nombre d’éléments.
C’est dans la chimie végétale, alimentaire et énergétique, que ces changements se sont fait plus particulièrement sentir. Aussi les théories fondamentales de la science et la nomenclature ont-elles été complètement changées et un langage nouveau est venu remplacer celui qui, jusqu’alors, avait suffi à tous les besoins de la science.

Néanmoins il nous est apparu étrange, voire même effrayant que le terme connu sous la dénomination: « eau » soit, en réalité aussi mal appréhendé. Dans toutes les applications, végétales, alimentaires, même pharmaceutiques, on ne parle de ce « fluide » que d’une manière réductrice, en se contentant de sa simple formule chimique  voire singulièrement : « eau ».

Cette substance la plus répandue sur notre globe a plus de 60 anomalies encore inexpliquées :

L’eau froide est plus lourde que l’eau chaude, c’est la raison pour laquelle elle descend jusqu’au fond d’un tonneau. Mais pourquoi la surface d’un lac gèle-t-elle en premier ?

La plupart des matières se dilatent lorsqu’elles sont chauffées, et rétrécissent lorsqu’elles refroidissent. Mais l’eau ne réagit pas toujours ainsi entre le point d’ébullition (100°C) et quatre degrés Celsius.

Inférieure à quatre degrés et plus précisément entre le point de congélation (0°C) et quatre degrés, l’eau se dilate lorsqu’elle se refroidit. En effet l’eau a une plus grande densité à quatre degrés qu’à des températures inférieures.

Cela signifie que lorsque l’eau refroidit à quatre degrés elle devient de plus en plus lourde, et lorsqu’elle refroidit à zéro degrés elle devient à nouveau plus légère.

L’eau connaît plusieurs autres anomalies qu’il serait fastidieux d’expliquer ici mais nul n’est aujourd’hui censé ignorer l’état catastrophique de ce que nous appelons communément « eau du robinet ».

Toutes les traces d’hormones, d’antibiotiques et autres résidus de produits polluants se retrouvent, il faut le préciser, en dessous des maximas autorisés (par quelque administration lobbyiste ?), dans un cocktail communément appelé « eau de distribution » ou « eau du robinet »… C’est avec ce curieux bouillon que la majorité de nos aliments sont préparés!

L’eau a cette fabuleuse caractéristique de conserver une mémoire des éléments et espaces traversés (bons ou mauvais), de maintenir et restituer les informations captées tout au long de son chemin.

Que vous restituera une eau traitée, javelisée qui parcoure des kilomètres enfermée dans des canalisations en trop souvent en plomb ?
Il est donc primordial pour nous d’offrir aux gens la possibilité de changer leurs habitudes en matière de consommation de boissons, qu’en réflexes de cuisiner, voire même préparer un glaçon.

En plus de vous proposer une eau de qualité, la Source du Val d’Aisne va plus loin dans sa réflexion environnementale!!

Connaissez-vous le réel impact écologique d”une bouteille en verre “consignée”? Tout un chacun pense que la bouteille consignée est la réponse positive aux divers problèmes de gestion des déchets ménagers et donc une réponse positive pour l’environnement. Il n’en est rien! La bouteille consignée est un énergivore qui pollue notre planète de manière considérable! La fabrication et le transport en va-et-vient perpétuel d’une même bouteille coûte à l’environnement par le prélèvement sur nos réserves naturelles en combustibles. Le lavage d’une bouteille d’un litre consomme QUATRE litres d’eau par cycle de lavage et surtout VINGT litres de soude caustique sont utilisés par mille litres d’eau de lavage afin de purifier les bouteilles et d’en enlever les étiquettes. La Source du Val d’Aisne – Distrival décide donc de se séparer peu à peu de ses bouteilles “consignées” pour les remplacer par une bouteille à usage unique et recyclée pour ses eaux, les sodas Lovie et les limonades Valdaisnoise!

D’autres projets novateurs sont actuellement à l’étude pour continuer à améliorer notre impact sur l’environnement. Notamment, la commercialisation de notre eau dans des bouteilles en BIOPLASTIC (plastic entièrement fabriqué à base de maïs) et la commercialisation de bonbonnes d’eau en 18,9l et 10l en tritan (plastic dépourvu de bisphénol)